La Revue Chiendents

Chiendents, voici une nouvelle revue, un cahier de plus dans les paysages littéraires de la galaxie. Comme un clin d’œil à Raymond Queneau. Les dictionnaires définissent le chiendent comme une mauvaise herbe des cultures et des pelouses. Mais appliqué au champ littéraire il est fertile, nécessaire et indispensable. Pourquoi ?

La culture institutionnelle depuis trente années a une tendance plus que naturelle à laminer tout ce qui n’est pas elle. Dame Nature offre au chiendent pourtant la possibilité d’être utile. En Bretagne, du côté de Plurien et d’Erquy, avec les oyats, le chiendent consolide les dunes.
Ce cahier sera la dune et le sable d’une vraie liberté du mot, de sa chanson et de sa couleur. Ce cahier présente un poète, un écrivain, un peintre, un chanteur, un sculpteur, un photographe ou un thème… Il s’agit aujourd’hui, plus que de défendre, de faire vivre une démocratie culturelle authentique du véritable échange et partage.