Luc Vidal

Luc Vidal

Luc Vidal est né à Nantes un 6 juin 1950. Scolarité primaire à l’école des Batignolles, cité ouvrière dans cette même ville. Études lycéennes au lycée Clémenceau tout près du Jardin des Plantes et de la gare d’Orléans. La Cité d’Orphée des années soixante avait encore le parfum du poème de René Guy Cadou. Les chansons de Léo Ferré, Jean Ferrat et Jacques Brel lui donnent le goût des poètes et de leurs poèmes. Il apprend le métier d’instituteur à l’école normale de Savenay. Fais une licence d’histoire à l’université de Nantes.  Premiers débats avec quelques amis sur la poésie et l’esprit de révolte. Villon, Rabelais, francois René de Chateaubriant Baudelaire, Gérard de Nerval, Balzac, Rimbaud, Verlaine, Zola, Aragon , Jules Romain , Marcel Proust, Romain Rolland, Roger Martin du Gard,Jules Romain, Bernard Clavel, Herman Hess, Robert Musil et Guillaume Apollinaire, Léo Ferré, René Guy Cadou, Robert Desnos sont ses compagnons de route et de lecture. La mort d’un camarade, Jean Yves Tralli dans un accident de voiture, en 1970 lors d’un même voyage sur la côte Atlantique lui fait écrire un premier poème de la souvenance.
Il crée une petite maison d’édition associative dans les années quatre-vingt, les Éditions du Petit Véhicule, histoire de penser l’éducation populaire pour toutes et tous vers le haut du pavé. Il a animé en particulier la revue Signes, remplacée par la revue Incognita, Les Cahiers d’études Léo Ferré, Les Cahiers Jules Paressant et la revue Chiendents créée avec Roger Wallet et Stéphane Beau.
Ajoutons les Sentinelles de la Nuit. Les rencontres avec Pierre Seghers, Norge , Marie-Claire Dumas et Georges Fargeas le fortifient dans sa ligne éditoriale. Il crée avec Xavier Tournet la Maison de poésie de Nantes et région. Il a dirigé la revue 303 consacrée à René Guy Cadou, Luc Bérimont et les poètes de l’école de Rochefort
Aujourd’hui, en 2019, vogue la galère avec les vents des révoltes pacifiques et des tendresses efficaces avec quelques ami(e)s, rameurs infatigables.
Sa rencontre avec Joëlle Guatelli-Tedeschi à Grenade et ses groupes d’étudiant(e)s à l’université de Grenade a permis la traduction d’une anthologie de ses poèmes en bilingue franco-espagnole édité par Entorno Gr‡fico Ediciones..
Vient de paraître Le delta de la nuit avec Flora Beillouin
ainsi que l’étude de Muriel Compère-Demarcy : Fenêtre ouverte sur la poésie de Luc VIdal

(en cours de construction)

 

 

 

  • TRILOGIE DES CHIENS DU VENT :

“Orphée du fleuve” (n°29) avec des poèmes et des photographies de l’auteur (édition bilingue franco-géorgienne), traduite par Anna Bouatchidzé 

“Le chagrin et l’oiseau perdu” (n°44) avec des poèmes de Luc Vidal et des illustrations de Nicolas Désiré-Frisque

“Les yeux du crépuscule” (n°40) avec des poèmes de Luc Vidal et des illustrations de Gilles Bourgeade

Adeline Doré chante “les quartiers Funambules” de Luc Vidal (Orphée du fleuve), musique : Yann Le Long (youtube) Réalisation: Gael Arnaud Direction artistique: JC Kiarkk avec la participation de Simon Nwambeben , comédien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaire sur les écrits du poète :